Activités

  • Clarisse Breant a adressé une note au groupe Logo du groupe DiscussionDiscussion il y a 3 mois et 1 semaine

    Je vous transfère l’article d’un expert-comptable qui est dans mon réseau normand sur : AIDE EXCEPTIONNELLE DE 5.000 à 8.000 € POUR LES EMPLOYEURS D’APPRENTIS

    Anticipant les effets de la crise du Covid 19 sur le secteur de l’apprentissage, le gouvernement a sorti un plan de soutien à destination des entreprises et des futurs apprentis.

    Pour les entreprises, une aide financière à l’embauche élargie :

    Les entreprises vont bénéficier d’une aide exceptionnelle à l’embauche de jeunes apprentis :

    5 000 € par an pour un jeune de moins de 18 ans,
    8 000 € par an pour un apprenti entre 18 et 30 ans.

    Cette aide à l’embauche sera versée pour des embauches entre le 1er juillet 2020 et le 28 février 2021, pour des apprentissages portant sur des diplômes allant du CAP à la licence professionnelle (bac+3).

    Ainsi, pour 151h67 heures de travail par mois, un jeune de moins de 21 ans n’aura aucun coût pour l’entreprise lors de la première année. Entre 21 et 25 ans, le coût sera d’environ 150 euros par mois sur cette même période.

    Les entreprises de moins de 250 salariés bénéficient de cette aide sans condition.

    Au-delà de ce seuil, l’entreprise devra occuper au moins 5% d’apprentis dans ses effectifs.

    Pour l’apprenti, une aide au premier équipement étendue et un assouplissement du délai pour trouver un employeur

    L’enveloppe d’aide au premier équipement de 500 euros pourra désormais être utilisée pour l’acquisition d’un ordinateur portable. L’apprenti qui entrera en formation sans avoir encore trouvé d’employeur, pourra rester 6 mois (au lieu de 3 mois) dans le centre de formation d’apprentis (CFA). Ils pourront bénéficier d’un accompagnement pour leur recherche d’employeur.

    Qu’en est-il des autres contrats en alternance ?

    A noter que cette mesure ne concerne pas les contrats de professionnalisation dont la situation sera étudiée dans le cadre de la concertation sur l’emploi des jeunes qui débutera courant juin avec les partenaires sociaux.